Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *bromʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’ d’une part et à śrī- श्री qu’il traduit par ‘éminent’, le sens qu’il a lorsqu’il est préfixé à un nom personnel, mais qui est aussi un nom féminin que le Monnier-Williams traduit comme « light, lustre, radiance, splendour, glory, beauty, grace, loveliness ». Il interprète la dernière syllabe comme un nom local non-intelligible en sanskrit.

Cette comparaison, qui comme on va le voir n’est pas fausse mais incomplète, a une certaine importance pour la phonologie historique du chinois puisqu’il s’agit d’une des très rares attestations directes potentielle du -r- médian du chinois transcrivant un -r- deuxième élément de groupe de consonne dans un nom étranger. Même dans les plus anciens textes bouddhiques de l’époque Han, les groupes Cr- sont transcrits par deux caractères.

Je propose une interprétation légèrement différente. La première syllabe pourrait être simplement le nom Brahman- ब्रह्मा, au nominatif brahmā, sous une forme thématisée brahma- (on trouve en sanskrit tardif, notamment dans les textes bouddhiques, d’anciens noms à thèmes en consonnes déclinés comme des noms thématiques). Pour le reste, je pense que l’idée de M. Ferlus n’est pas nécessaire; une solution plus simple est de considérer qu’il s’agirait de l’adjectif possessif śrīmat- ‘beautiful, charming, lovely, pleasant, splendid, glorious MBh. Ka1v. &c. ; possessed of fortune, fortunate, auspicious, wealthy, prosperous, eminent, illustrious, venerable’, dont le nominatif masculin singulier est śrīmān श्रीमान् — un mot extrêmement courant au point que citer des exemples de textes serait superflu. Ce mot sanskrit a été entre autres emprunté en népali dans le sens de ‘mari’ (prononcé [siriman]).

Cette solution a trois avantages:

(1) Si śrī était ici le préfixe signifiant ‘éminent’, il devrait se trouver en première place.
(2) Il explique de façon satisfaisante de vocalisme /a/ (=skt ā) de la dernière syllabe, par opposition au /o/ (=skt a) de la première.
(3) Il ne demande pas de faire appel à un nom local inconnu invérifiable.

Elle n’explique pas le qusheng dans le dernier caractère, mais il pourrait s’agir d’un indice que *-s n’est pas la seule origine du qusheng. Encore que… en sandhi précédant un c- ou un t-, le nominatif śrīmān devient śrīmāṃś श्रीमांश्च ou śrīmāṃs श्रीमांस् respectivement — il est toutefois improbable que ces formes de sandhi aient servi de base à la transcription.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Brahma le vénérable," Panchronica, 28/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1309 (ISSN 2494-775X)

2 réflexions au sujet de « Brahma le vénérable »

  1. La rigueur scientifique a ses limites.
    Fan Che-man, roi du Fou-nan, a été cité il y a un millénaire et demi. Trois cultures (khmère, indienne et chinoise) interviennent dans le choix et les transcriptions de son nom. Il faut prévoir un peu de souplesse dans l’analyse. Un indien de haut rang était forcément un brahmane; comment les khmers ont interprété ce terme que les chinois ont scellé comme « roi » pendant un demi millénaire?
    Malgré un peu de flottement sémantique, les équivalences et les transcriptions sont plutôt bonnes. Les acteurs appartenaient manifestement à la classe des élites. J’imagine une rencontre: « je vous présente le brahmane Untel… ». Je ne vois pas l’utilité d’ergoter. Pour les khmers, un personnage important ne pouvait être que brahmane, ce que les chinois ont interprété par « roi ».
    Quant à Che-man, que j’ai interprété phonétiquement par /sri man/, il n’est qu’un nom propre, comme Sri Aurobindo, ou Sri Langka…
    Je ne vois pas la nécessité de changer ce que j’ai écrit: le nommé Fan Che-man était le Brahmane (=roi) Sri-man (probablement ‘mara’). La panoplie des sens des vocables sanskrit, langue des élites, n’a pas été forcément bien rendue en khmer.
    L’utilisation de ces transcriptions pour des remarques sur les tons est très risquée: l’intonation dans une langue sans ton peut être interprétée par des tons dans une langue tonale.
    Je ne ferme pas la porte à d’autres interprétations mais je préfère rester simple.

    1. Je ne connais pas grand chose à la culture khmère, mais je suis très surpris par la phrase « Un indien de haut rang était forcément un brahmane »; dans l’Inde classique, au moins telle qu’elle est représentée dans la littérature sanskrite, les rois sont en principe des kshatriyas, pas des brahmanes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *