Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ « impureté » et grib.ma གྲིབ་མ་ « ombre ») d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ « crépuscule ») d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement * »chose sombre ») et /srib/ (* »endroit/moment sombre ») sont dérivés d’une même racine (signifiant « sombre ») par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ * »chose sombre, ombre » on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » et ɴgrib འགྲིབ་ « diminuer, être caché » — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ « obscurcir » de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ « flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?) », variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ « obscurité, crépuscule »

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine « sombre », et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ « crépuscule ».

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib « sombre » d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib « être sombre » proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ « ombre » soit ta-ʁrɯm « reflet, lumière, ombre projetée » pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *